Réseaux

Des réseaux essentiels au secteur agricole

Le CÉROM est l’hôte de deux réseaux d’importance, soit le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP) Grandes cultures et le Réseau des plantes bio-industrielles du Québec (RPBQ).

RÉSEAU D’AVERTISSEMENTS PHYTOSANITAIRES (RAP)

Le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP) est sous la responsabilité de la Direction de la phytoprotection du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ). Le CÉROM assure la coordination du RAP consacré aux grandes cultures depuis 2013. Ce réseau informe les producteurs et les intervenants de l’agroalimentaire québécois sur la présence et l’évolution des ennemis des grandes cultures dans leur région par le biais d’avertissements, de bulletins d’information et de fiches techniques.

Afin d’accomplir son mandat, le RAP Grandes cultures s’appuie sur une équipe multidisciplinaire composée d’agronomes, de chercheurs, de biologistes et de dépisteurs qui suivent plus de 600 champs à travers la province. Chaque année, au moyen de dépistages, de piégeages et de suivis, il observe plus d’une quinzaine d’ennemis des grandes cultures (insectes, maladies, mauvaises herbes).

Comment rester à l’affût?
Parce que le RAP comporte un vaste réseau et émet des communications hebdomadaires, l’inscription à ses communiqués permet d’obtenir de l’information régionalisée, des moyens de lutte appropriés selon les densités de ravageurs et de l’information en tout temps sur les ravageurs des cultures. L’inscription est gratuite et sert à recevoir directement par courriel les informations les plus à jour afin de prendre des décisions éclairées quant à la protection des cultures. Pour s’abonner au RAP, cliquez ici.

Personne contact :
Poste vacant rapcerom@cerom.qc.ca | 450 464 2715, poste 223

RÉSEAU DES PLANTES BIO-INDUSTRIELLES DU QUÉBEC (RPBQ)

En 2010, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) a mandaté le CÉROM de coordonner un réseau d’essais et de développement de diverses cultures à fort potentiel bio-industriel sur le territoire québécois : le Réseau des plantes bio-industrielles du Québec (RPBQ).De 2010 à 2017, différentes cultures telles que les graminées pérennes, les graminées annuelles (sorgho sucré et triticale), le chanvre industriel, le lin, et le saule à croissance rapide ont été évaluées. Parmi ces cultures, le saule à croissance rapide et les graminées pérennes comme le panic érigé et le miscanthus géant représentent un intérêt particulier en raison de leur bon potentiel de rendement, de leur caractère vivace ainsi que de leur capacité d’adaptation aux conditions climatiques du Québec. Ces cultures ont donc été retenues pour la poursuite de l’étude des aspects agronomiques et environnementaux au cours des prochaines années.

De 2010 à 2017, différentes cultures telles que les graminées pérennes, les graminées annuelles (sorgho sucré et triticale), le chanvre industriel, le lin, et le saule à croissance rapide ont été évaluées.

Les plantes destinées à la bio-industrie constituent un secteur prometteur, puisque la culture de ces plantes permet à la fois de soutenir une agriculture durable et de diversifier les marchés, mais également de faire partie des solutions pour diminuer les gaz à effet de serre.

Le RPBQ a pour objectif de créer une synergie entre les producteurs agricoles et les partenaires industriels, gouvernementaux, municipaux et universitaires autour du développement de modèles de chaîne de valeur pour les plantes bio-industrielles. Dans le cadre de la réalisation de sa mission, le RPBQ vise à approfondir les connaissances agronomiques et environnementales sur les plantes bio-industrielles et à explorer les débouchés potentiels de l’utilisation de la biomasse agricole pour le développement de divers bioproduits.

Afin de mieux structurer ses efforts, le RPBQ a procédé à des regroupements d’espèces basés sur des critères botaniques. Pour chaque groupe, un atelier a été formé à la tête duquel un comité d’experts priorise les actions à entreprendre pour l’atteinte des objectifs du RPBQ.

Plusieurs ateliers ont déjà terminé en 2012 et en 2015. Étant donné la longévité des graminées pérennes et du saule à croissance rapide, ces deux ateliers sont encore en cours.

De 2010 à 2016, Monsieur Olivier Lalonde a coordonné tous les ateliers du RPBQ.

Depuis 2017, Madame Snizhana Olishevska (CÉROM), coordonnatrice du RPBQ, assure la bonne gestion des activités des ateliers graminées pérennes et de saule à croissance rapide.

 

 

Le développement d’espèces de graminées pérennes et de saule à croissance rapide dédiées à la bio-industrie constitue un secteur prometteur car la culture de ces plantes permet à la fois de soutenir une agriculture durable, de diversifier les marchés, et également de faire partie des solutions pour une diminution des gaz à effet de serre.

Dans le cadre de la réalisation de sa mission, le RPBQ vise à approfondir les connaissances agroenvironnementales sur les plantes bio-industrielles et à explorer les débouchés potentiels d’utilisation de la biomasse agricole pour le développement de divers bioproduits.

Le suivi des performances des parcelles d’évaluation de diverses cultures (panic érigé, Barbon de Gérard, miscanthus géant, spartine pectinée, saule à croissance rapide) instaurées entre 2011 et 2016 permet d’approfondir les connaissances sur les rendements de ces cultures à long terme, la tolérance et la résistance aux maladies fongiques et aux ravageurs, les caractères envahissants des différentes espèces, la répression de mauvaises herbes, etc.

Les connaissances des aspects agroenvironnementaux et économiques recueillies permettent aux conseillers du MAPAQ, aux producteurs et autres intervenants du milieu de recommander les espèces les mieux adaptées aux conditions pédoclimatiques agricoles québécoises. Ces informations permettent également d’identifier les espèces à privilégier en fonction des besoins du marché ou autres.

Le CÉROM a établi un partenariat avec l’industrie (CRB Innovation inc., Pyrovac, Naturefibres) et les universités et centres de recherche (CCTT Biopterre, CEPROCQ, Innofibre, Université de Sherbrooke) afin d’explorer divers débouchés pour les plantes bio-industrielles. Plusieurs projets de recherche sont aussi envisageables avec les municipalités, permettant ainsi d’évaluer les aspects environnementaux tels que le potentiel de ces cultures sur les terres marginales, inondables ou polluées.

Parmi les différentes filières du marché potentiel (les biocarburants, les biocombustibles solides, les biomatériaux et les produits biosourcés), la bioraffinerie présente un intérêt particulier au niveau de l’extraction de molécules à haute valeur ajoutée. Cette filière permet de valoriser la biomasse agricole et agroforestière qui présente une alternative aux intrants pétroliers dans les produits pharmaceutiques (anticorps, vaccins), biocosmétiques (savons, crèmes, lotions), alimentaires (sucres C5 et C6) ainsi que les coproduits tels que l’acétate de butyle, l’acide lévulinique et succinique, le xylitol, etc. Plusieurs chaînes de valeurs pour la biomasse des plantes bio-industrielles sont envisageables selon les besoins de l’industrie. Le RPBQ se donne donc comme objectif de faire la démonstration du potentiel de ces cultures pour diverses filières, notamment la bioraffinerie et les biomatériaux.

L’objectif principal des activités du RPBQ consiste à évaluer l’adaptabilité et la performance agronomique de plusieurs cultures bio-industrielles en fonction de différentes conditions pédoclimatiques québécoises. La gestion de ces activités par le RPBQ, en collaboration avec plusieurs chercheurs et producteurs agricoles, a permis de colliger les données depuis 2010 et de rédiger les guides de production des plantes dédiées telles que le panic érigé, le sorgho sucré et le saule à croissance rapide qui ont été récemment déposés sur Agri-Réseau. Les guides s’adressent aux conseilleurs agricoles et présentent l’ensemble des bonnes pratiques agronomiques à adopter pour la régie de ces cultures.

Personne contact :
Snizhana Olishevska snizhana.olishevska@cerom.qc.ca | 450 464-2715, poste 236

LIENS EXTERNES

Heading #3
H3 – Curabitur porta commodo cursus.
http//:goohttps://www.google.ca/imghp?hl=fr&tab=ri&ogbl
Heading #3
H3 – Curabitur porta commodo cursus.
http//:goohttps://www.google.ca/imghp?hl=fr&tab=ri&ogbl