Projets

Évaluation de méthodes d'introduction de coccinelles convergentes pour lutter contre le puceron du soya

Domaine : Projet-Entomologie

Chef de projet : Geneviève Labrie

Collaborateurs : É. Lucas, chef de projet (UQAM),E. Menkovic (CAE de l’Estrie),A. Rondeau, J. Breault et H. Martel (MAPAQ), RAP Grandes Cultures

Site des travaux : St-Bruno, Varenne

Début : 2009 | Fin : 2011

Mots clé : coccinelles

Objectifs

Développer une méthode de lutte efficace et rentable contre le puceron du soya par les coccinelles convergentes.

Réalisations

L’objectif de ce projet de recherche mené par l’UQAM et le CÉROM était d’évaluer une méthodologie d’introduction de coccinelles convergentes en champ de soya biologique afin de lutter contre le puceron du soya.

Des suivis des populations de puceron du soya ont été effectués dans 26 champs biologiques dans la région de Lanaudière, Montérégie-Est, Montérégie-Ouest et en Estrie par l’étudiante à la maîtrise et par les employés du MAPAQ à partir de la fin du mois de juin et jusqu’à la fin du mois d’août. Seuls 10 champs ont atteint le seuil d’intervention minimal de 150 pucerons par plant et 6 champs ont été traités.

À la fin du mois de juillet, une introduction de 0,5 coccinelles convergentes/plant a eu lieu dans deux champs de la région de Montérégie-Est et une introduction de 2 coccinelles convergentes/ plant a eu lieu dans deux champs de Lanaudière. Une autre introduction de 0,5 coccinelles/plant a eu lieu au début du mois d’août en Montérégie Est. Trois champs témoins sans introduction ont aussi été suivis. Les introductions ont été effectuées sur 9 stations par parcelles, à l’intérieur de 1 hectare. Par la suite, les populations de pucerons du soya et de coccinelles convergentes ont été observées à tous les deux jours durant deux semaines (3 plants à chaque station = 27 plants/parcelle).

Dans les parcelles témoin sans introduction de coccinelles, les populations de puceron du soya ont chuté de façon naturelle entre 13 et 36%. Dans les champs avec introduction de coccinelles, la baisse de population a varié entre 81 et 97%, et ce, dès le deuxième jour après l’introduction des coccinelles. Des coccinelles convergentes ont été retrouvées dans les champs traités jusqu’à 11 jours après l’introduction. Les coccinelles ne semblent pas s’être reproduites en grande quantité puisque très peu de larves de coccinelles convergentes ont été retrouvées les semaines suivantes. Les baisses de population ont été similaires entre les introductions à 0,5 et 2 coccinelles convergentes/plant.

Les résultats obtenus sont très encourageants, mais seront validés au cours des deux prochaines années.