Fonctionnement du Réseau Grandes cultures du Québec

Parcelles de lin

Les Réseaux tiennent généralement une à deux réunions par année. Des réunions supplémentaires peuvent être convoquées en cas de besoin. Les Réseaux organisent normalement des tournées des sites d’essais au début du mois de septembre. Lors des réunions, tous les membres d’un Réseau ont le droit de vote et le quorum est constitué de 50 % des membres d’un Réseau. Lorsqu’un Réseau supporte l'enregistrement d'un cultivar ou d’une lignée, le président(e) informe l’Agence canadienne d’inspection des aliments de sa décision. 

Les réseaux du RGCQ préparent la liste des cultivars enregistrés et la soumette auprès de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) et de l’Association canadienne des producteurs de semences (ACPS). Puisque le maïs-grain n’est plus soumis au processus d’enregistrement par l’ACIA, le Réseau maïs-grain ne réalise que des tests de performance d’hybrides commerciaux. Le système d’enregistrement des plantes oléoprotéagineuses est actuellement en processus de révision.

Le canola de printemps, le soya et le lin et d’autres oléoprotéagineuses (la féverole, le haricot sec, le lupin blanc, le pois sec, etc.) sont des espèces qui peuvent être mises en évaluation par le Réseau des plantes oléoprotéagineuses. Le Réseau céréales évalue des céréales de printemps (blé, orge et avoine) ainsi que des céréales d’automne (blé et seigle).