Objectifs du Réseau des plantes bio-industrielles du Québec

PlanteLe RPBQ a pour principaux objectifs de :

  • documenter, en fonction de différentes conditions pédoclimatiques, l’adaptabilité et la performance agronomique de plusieurs cultivars provenant de 11 espèces de plantes ayant un potentiel bio-industriel;
  • optimiser l’expertise déjà en place;
  • documenter les pratiques culturales et informer les producteurs et conseillers agricoles;
  • contribuer au développement de marchés rémunérateurs pour les producteurs agricoles, principalement en région afin de favoriser une occupation dynamique du territoire agricole.

Développper nos connaissances

La filière des bioproduits industriels se développe, mais elle exige du temps, de l’organisation et des connaissances solides, surtout au niveau de l’approvisionnement de la biomasse. Celle-ci doit être de qualité, en abondance et homogène afin de répondre aux attentes de l’industrie. Pour répondre à ces attentes, plusieurs éléments de réponses sont déjà disponibles, mais plusieurs autres éléments sont toujours incomplets. À cet effet, la mise en place de mesures favorisant le développement des connaissances sur ces cultures est souhaitable, compte tenu des aspects suivants :

  1. Que le secteur agricole québécois se positionne pour contribuer à la croissance de la bioéconomie et tirer profit de ces nouveaux marchés qu'offre la production de bioproduits industriels élaborés à partir de biomasse agricole;
  2. que le MAPAQ est favorable à la production durable de cultures dédiées à des fins bio-industrielles, particulièrement sur des terres marginales, ou des superficies en friche, non-exploitées pour la production de cultures alimentaires;
  3. que les producteurs ainsi que les conseillers agricoles québécois doivent être adéquatement renseigné et outillés pour mettre en place ces cultures de façon durable et rentable;
  4. que de la recherche scientifique, sur les paramètres agronomiques de production des espèces et des cultivars prometteurs, ainsi que des essais en réseau, pour parfaire les connaissances et caractériser la biomasse produite, sont nécessaires;
  5. qu'il faut mettre à contribution l'ensemble des expertises et compétences québécoises intéressés par les cultures bio-industrielles par le biais d'un réseautage.

 

Ces activités de recherche permettront de compléter le portrait de certaines connaissances nécessaires à l’atteinte des objectifs du développement de la filière bio-industrielle, et d’en assurer le transfert aux producteurs agricoles. C’est par le financement pluriannuel du MAPAQ que le Réseau puisse faire preuve de stabilité et de persistance dans le temps. C’est grâce à ses précieux collaborateurs que le Réseau puisse être géré avec dynamisme par une organisation reconnue, telle que le CÉROM. Ainsi, le Réseau est plus en mesure d’attirer les acteurs du milieu à s’investir dans des programmes et des actions concertées. De telles actions des filières sont conséquemment plus structurantes et plus pérennes.