Projets

Développement de cultivars et germoplasme de blé d’automne d’alimentation humaine en vue de l’expansion de l’aire de culture, de l’adaptation aux marchés de l’Est du Canada et de l’augmentation de la profitabilité.

Couverture

Domaine : Projet-Phytogénétique des céréales

Chef de projet : Yves Dion, , Logistik Unicorp

Collaborateurs : Sylvie Rioux, André Comeau, Judith Frégeau-Reid, Denis Pageau, Gavin Humphreys, Ljiljana Tamburic-Ilincic, Richard A. Martin, François Belzile, Ajjamada C. Kushalappa, Robert J. Graf, Harpinder S. Randhawa.

Site des travaux : Saint-Mathieu-de-Beloeil, Normandin, Ottawa, Lévis, Ridgetown, La Pocatière, Charlottetown, Lethbridge

Début : 2005 | Fin : n/d

Mots clé : blé, cltivar, germoplasme, fusariose, maladies foliaires, stress biotique, stress abiotique, rendement, qualité panifiable

Problématique

Le développement de la culture du blé d’automne dans l’Est canadien permet de combler des besoins de diversification des cultures, d’améliorer les séquences de rotation, de réduire l’érosion des sols et de limiter la contamination des cours d’eau, de bénéficier d’une nouvelle culture productive et de réduire l’usage de pesticides. Il existe aussi un intérêt pour des produits locaux et des farines de blé à plus faible contenu en protéines pour la production de pain de spécialité. Ce qui limite la culture du blé d’automne au Québec est d’abord la survie à l’hiver. Ensuite, comme dans le cas du blé de printemps, la fusariose l’épi du blé est souvent responsable de niveaux de contenu en toxines nocives dans les grains. Le blé d’automne destiné au marché de l’alimentation humaine doit répondre aux exigences de l’industrie soit les critères requis pour l’industrie meunière et boulangère. Le défi de l’adaptation du blé d’automne dans l’Est canadien est de gagner une bonne survie à l’hiver année après année et d’assurer la stabilité de la qualité de production et de faibles contenus des grains en toxines.

Objectif

  1. Soutenir le développement de cultivars améliorés de blé rouge d'hiver pour les régions de l'Est.
  2. Développer un germoplasme de blé d'hiver avec des fonctionnalités supérieures et de nouvelles combinaisons de caractères.
  3. Développer et promouvoir les échanges entre les programmes d’amélioration génétique dans l'Est du Canada pour le développement de cultivars adaptés à des zones de cultures étendues et pour une plus grande résistance à la fusariose de l'épi.
  4. Évaluer la qualité et développer des blé d’alimentation humaine adaptés aux conditions de l'Est et adaptés à de nouveaux marchés.
  5. Étudier la base génomique de l'adaptation à l'hiver, au rendement en grains et à la qualité dans un panel de lignées et cultivars de blé; utiliser des marqueurs pour la résistance à la fusariose.