Projets

Évaluation de traitements de semences sans fongicide chez les céréales

Domaine : Projet-Phytopathologie

Chef de projet : Sylvie Rioux

Collaborateurs : Stéphane Pouleur, Paul Randall et Kelly Turkington (AAC); Khaled Belkacemi et Anne Vanasse (Université Laval); Yves Dion (CÉROM)

Site des travaux : Saint-Mathieu-de-Beloeil, Saint-Augustin-de-Desmaures, CÉROM-Québec (labo), Université Laval (labo)

Début : 2010 | Fin : 2013

Mots clé : non-chimiques, blé, orge, vapeur d’acide acétique, chaleur sèche, ozone, oxygène, Fusarium, Bipolaris, Cochliobolus

Résumé

Le projet avait pour but de trouver un traitement de semences pour l’orge et le blé qui serait acceptable en production biologique et efficace pour réduire la présence de Fusarium graminearum (Fg) et Bipolaris sorokiniana (Bs), deux agents pathogènes reconnus pour leur potentiel à réduire la levée et le rendement. Nous avons d’abord testé l’efficacité de trois traitements non-chimiques, la chaleur sèche et deux doses de vapeur d’acide acétique (faible dose : VAA-L; forte dose : VAA-H), à contrer le Fusarium graminearum (Fg) et le Bipolaris sorokiniana (Bs), deux agents affectant la levée et le rendement. Ces traitements ont été comparés à un témoin sans traitement et au fongicide Vitaflo-280 efficace contre Bs. Les traitements ont été appliqués sur six lots de semences d’orge et six lots de blé contaminés par Fg à plus de 20 % (>20 % de grains contaminées) ou par Bs à plus de 50 %. Pour tous les lots contaminés par Fg, les trois traitements non-chimiques ont abaissé la contamination sous le seuil de nuisibilité de 15 % (recommandation danoise pour Fusarium spp.). VAA-H a réduit la contamination par Bs dans  la plupart des lots contaminés par Bs, suivi par VAA-L, puis de la chaleur qui n’a eu aucun effet chez l’orge. Ces traitements n’ont cependant pas réduit la contamination par Bs sous le seuil de nuisibilité de 30 %, sauf VAA-H pour un lot d’orge et la chaleur pour un lot de blé. VAA-H a aussi réduit la germination de quatre lots de blé et du lot d’orge nue Hawkeye, ce qui a eu des répercussions négatives sur le rendement en grains de deux de ces quatre lots de blé. VAA-H n’a pas eu d’effet sur le rendement pour les autres lots, de même que les autres traitements quel que soit le lot. La chaleur s’est montrée efficace pour réduire Fg chez les deux espèces de céréales, alors que VAA?H a démontré un potentiel pour réduire Fg et Bs, mais chez les espèces à grains vêtus seulement. Dans un deuxième temps, des traitements oxydatifs à l’oxygène pur et à l’ozone ont été évalués sur quelques lots d’orge et de blé. Ces traitements ont pu réduire la contamination par Bs sous le seuil de 30 % chez le blé, mais pas chez l’orge. Aucun des traitements prévus initialement dans ce projet ne semble convenir pour réduire les deux agents pathogènes chez les deux espèces de céréale. Par contre, un traitement combinant ultrason et éthanol (non prévu dans le projet initial) a pu réduire à moins de 20 % la contamination par Bs d’un lot d’orge contaminé à 100 %. Avec un tel résultat, ce traitement mérite d’être répété chez l’orge, d’être testé chez le blé et d’être testé en regard de Fg.