Projets

Évaluation du contenu en mycotoxines de différents hybrides de maïs cultivés au Québec

Domaine : Projet-Régie des cultures

Chef de projet : Gilles Tremblay

Collaborateurs : Sylvie Rioux(CÉROM), Anne Vanasse et Nafiseh Parvarandeh-Farimani (U. LAVAL)

Site des travaux : Sites des essais maïs du RGCQ

Début : 2009 | Fin : 2011

Mots clé : toxine, maïs-grain, fusariose, adaptation

Résumé

Les résultats de ce projet ont démontré que le DON est la toxine la plus répandue parmi les quatre toxines et peut varier selon les hybrides, les années et les zones climatiques. Certains hybrides de notre étude ont montré de faibles concentrations peu importe le site et peu importe l’année alors que la zone 3 (2300 à 2500 UTM) a été plus propice au développement du DON. Pour les trois autres toxines, les facteurs hybrides, année, site et zone avaient occasionnellement une influence significative sur l’accumulation en T2, ZEN et FUM mais les variations entre les moyennes étaient généralement petites avec des effets souvent négligeables. Les résultats obtenus en 2009 ont démontré que la maturité n’a pas influencé significativement les concentrations de chacune des trois mycotoxines T2, ZEN et FUM des grains de maïs, peu importe le site. Le seul effet significatif a été constaté sur la toxine DON. Les hybrides hâtifs ont montré un niveau de DON légèrement plus élevé que les hybrides tardifs. L’application du fongicide Headline n’a pas influencé significativement les contenus en mycotoxines (DON, T2, ZEN et FUM) des grains de maïs, peu importe le site et l’année.